La philosophie entre dans les structures médicoéducatives

 

"La pratique langagière apparaît comme indispensable à la construction identitaire du sujet, à l'apprentissage de la réflexivité et au positionnement social dans l'interaction (...) l'expression orale confrontée ne manquera pas d'avoir "des retombées citoyennes en matière de compétences à débattre démocratiquement"

 

                                                                                                                                    Michel Tozzi

 

 

Pourquoi  faire entrer la pratique du philosopher dans les structures qui accueillent et prennent en charge les enfants et adolescents en situation de handicap ?

 

Intervenir auprès de ces jeunes en situation de handicap est un projet qui rejoint nos valeurs ainsi que le respect de la CIDE et du droit à l'éducabilité pour tous, au droit au philosopher de tous.

L'éducation à l'écocitoyenneté et la pratique du philosopher sont inscrites aux programmes scolaires depuis 2015 dans le cadre de l'EMC.

 

Nous proposons donc des animations  philosophiques à travers diverses formules:

 

- Des modules ou stages durant les vacances scolaires

- Des ateliers sur un à 3 trimestres, aussi bien pour des enfants que des adolescents ou jeunes adultes en ITEP, IME

 

Lors des 17e Journées Internationales des Nouvelles Pratiques Philosophiques qui se tiennent à la maison de l'UNESCO en novembre 2018, à Paris, L'intervenante, Myriam Mekouar, formée à cette pratique interviendra  pour présenter ce projet en structures médicoéducatives.

 

Depuis 2016, une chaire UNESCO  a été créée par Edwige Chirouter et aujourd'hui, plus de 80 pays proposent cette activité aux enfants et aux adolescents.

 

Chaque atelier commence par une séance de méditation de pleine conscience. (Voir les rubriques dédiées).

 

Il s'agit:

- guider le jeune dans ses axes d'autonomie pour l'aider à penser par

   lui-même, exister, s'exprimer, communiquer,

- Favoriser la prise de conscience de ses potentialités et de ses limites dans

   la construction de sa vie psychique propre et de son identité,

- l'aider à trouver l'inclusion correspondant à ses souhaits.

 

Le handicap génère une lourde charge émotionnelle : il y a la souffrance et les angoisses légitimes des familles, les obstacles rencontrés sur le chemin administratif. Tout cela favorise inquiétudes et surprotection des enfants. Cette légitime anxiété accroît la difficulté à se vivre comme sujets de leur corps.

L'atelier philosophique va permettre d'obtenir des effets d'objectivation et d'ouverture d'un espace de pensée.

Les angoisses liées au handicap altèrent le chemin de la pensée en créant de la confusion. La pratique du philosopher va venir aider à ce travail de dé-fusion.

L'ouverture vers le symbolique par le réveil des mots de la souffrance et par la circulation de la parole dans le cercle de sagesse va débloquer la créativité, l'imaginaire, dé-cristalliser l'émotion, décaler le regard du handicap vers d'autres possibles.

 

Les dispositifs que nous mettons en place permettent l'accès par delà les peurs, à autre chose que le handicap, et ce, au rythme de chacun, .

 

L'intervenante s'appuie sur des supports inducteurs riches qui invite l'enfant à se décentrer de son handicap pour entrer dans le monde de la pensée, celui des émotions. Comme un "billet" pour quitter le monde du JE souffrant pour entrer dans celui du NOUS qui pense, qui échange avec les autres.

 

Des résultats rapidement palpables

 

- Une meilleure valorisation de sa position de sujet qui s'autorise à penser

- L'émergence et la reconnaissance des sujets de préoccupation qui ont du mal à être exprimés parfois,

- Un partage des points de vue plus facile, dans le groupe,

- Un accompagnement attentif de ces questionnements,

- Pour les équipes pluridisciplinaires, un regard nouveau sur les jeunes à

    travers une nouvelle expérience éducative

 

  Pour respecter la CIDE (Convention Internationale du Droit de l'Enfant)  et le droit de tous à l'éducabilité et au philosopher, nous défendons et promouvons la pratique philosophique avec les personnes en situation de handicap.