Croire au destin limite-t-il notre liberté ? Atelier philo à l'UEMO de brest

(...)

Sommes-nous condamnés à répéter sans cesse les mêmes comportements ?

Sommes-nous déterminés, obligés de vivre comme on vit et à être ce que nous sommes ?

Que fait-on qui n'est pas du ressort de notre volonté ?

Pourrait-on faire autrement et comment ? Dans quelle mesure sommes-nous responsables de nos idées, de nos sentiments, de la société dans laquelle nous vivons ?

 

Parfois, nous croyons que notre existence est influencée par des événements imprévus : s'agit-il de chance ? Qu'est-ce que la chance, la malchance ?

La chance est-elle le fruit du hasard ou en sommes nous responsables ?

 

Sommes-nous libres face au hasard ?

 

Avons-nous un destin ? Et si oui, si mon destin est déjà écrit, suis-je encore libre d'agir ?

 

Les jeunes, venus en stage de citoyenneté et un peu contraints par le juge d'application des peines et aussi par les équipes d'éducateurs, se sont montrés plutôt mutiques au départ, voire un chouya hostiles mais j'ai essayé de ne pas lâcher et de garder le cap en essayant de varier les approches. Au bout de 30 mn, finalement, les langues se sont déliées et la DVDP a pu être lancée avec des prises de parole intéressantes.

J'ai opté pour la méthode d'olivier Blond, qui suppose une grande participation des discutant dans l'élaboration du plan de questions et ça a bien fonctionné.

Bémol : avec les jeunes pris en charge par la PJJ, les groupes changent chaque fois, difficile d'ancrer durablement des compétences et des habiletés de pensée. On se dit que l'essentiel est ailleurs et que déjà, inviter ces jeunes en fracture familiale et sociale à s'exprimer, c'est déjà un début...

J'y retourne le 29 avec un autre groupe. Je proposerai le même thème et nous verrons quelle tournure prendra le débat !